Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Concerts > Médiéval > Hildegard von Bingen

« La Musique des Sphères »
Une mystique d’exception au XIIe s
Antiennes - Répons - Hymnes - Séquences
6 chanteurs / 2 instruments

Elsa Papatanasios : Soprano

Hildegard Von Bingen 1098-1179

Abbesse, prophétesse, mystique, cette femme d’exception était déjà reconnue et célébrée en son temps ; elle correspondait d’ailleurs avec de grands personnages tels l’empereur Frédéric Barberousse ou Bernard de Clairvaux. Dès l’enfance elle fait part de ses « visions » qu’elle rapportera plus tard dans son « Liber Scivias », ouvrage dans lequel elle « révèle » les secrets de l’univers que Dieu lui a transmis. Visionnaire, mais pas seulement ; elle fit également consigner par écrit ses connaissances « scientifiques » dans des traités de médecine et de sciences naturelles.

Cette moniale-poétesse était donc également compositrice ; elle laisse plus de 70 compositions musicales (Antiennes, Répons, Séquences, Hymnes) sur des textes dont elle est également l’auteur ainsi qu’un drame liturgique complet « Ordo Virtutum ». Hildegard possédait assurément une voix exceptionnelle : ses chants, composés pour son usage personnel, ont une tessiture bien plus étendue que les compositions habituelles du Moyen-Age. Pour Hildegard, la musique est enracinée dans l’âme, qui sont toutes deux nées de l’harmonie céleste et les textes qu’elle nous transmet sont d’une fabuleuse richesse imaginative et symbolique.

Elsa Papatanasios se révèle comme l’interprète idéale des mélodies d’Hildegard ; en effet, d’une part, elle possède une voix de soprano légère, solide et d’une large étendue (plus de 2 octaves), et d’autre part, elle a effectué elle-même ses recherches et ses choix d’interprétation directement sur les notations originales du XIIe s. d’après les manuscrits d’Hildegard ; enfin, son style et sa voix nous transportent assurément dans l’univers à la fois mystique et sensuel du chant extatique d’Hildegard von Bingen.